Ça palpite, encore, mais ça palpite en confinement...

 

17 mars 20

Chères et chers.


Je vous espère bien sûr en bonne santé physique et mentale, par ces temps d'introspection plus ou moins forcée…


Comme il nous est conseillé de rester à maison (quid des balades en nature ? est-ce sans danger ??? éhéh) voici un peu de lecture !


Ainsi comme vous vous en doutez, la librairie n'est pas considérée comme un commerce essentiel. Une pensée ici pour tous mes adelphes libraires.


Espérons aussi que cela ne profitera pas trop à Machinzone qui ne dit, sur son site, que : "compte tenu de la situation actuelle, nos délais de livraison peuvent être allongés" et ne cite pas une seule fois les mots coronavirus ni pandémie ni gouvernement… cela laisse songeur… le papier est un vecteur de transmission de l'oublions pas.


Bref.
Je vais en profiter pour ranger ma chambre et un peu la librairie.


Dans ma boîte à courriel, tombent au fur et à mesure les décisions d'arrêts de services des distributeurs, ainsi je reporte à plus tard les commandes, et vous tiendrais au courant par le site en fin de semaine de ce qu'il en est et une fois par semaine, le mercredi et sur la vitrine de la librairie, si jamais vous sortez de chez toi à 1 m de distance les unes des autres…


Je vais essayer de discuter avec la gendarmerie et notre chère cheffe de secteur pour voir ce qu'il est possible et notamment pour voir si je peux faire pour le cas où parmi vous certaines, certains ont des livres à récupérer et ou de vraies urgences ou besoin de lecture, ce que je peux mettre en place…(Un système de Drive-and-read ?? ah ah ah ah ah ah !!! (excusez moi, l'idée m'amuse beaucoup, d'autant plus que dans ma folle jeunesse j'ai eu le malheur de travailler pour le clown des burgers, éh… oui…)).


Je ne suis pas épidémiologiste ni virusologue, fait que je ne me rends pas bien compte des "dangers" que nous courrons toutes et tous, en dehors des anciennes et des anciens et des autres vulnérables (que nous sommes chacune, selon nos talons d'Achille) , avec cette chose.


Mais je sais que le système de santé, mis à mal par des années d'imbéciles (néo, ultra ou dit sociaux)-libéraux au pouvoir, est fragile, et risque de déborder si on augmente le nombre de personnes qui y vont.


C'est pour ces personnes, et pour toutes les personnes du soin que je suis en accord avec ces fermetures.
Et aussi qu'il est vraiment grand temps que je range ma chambre…


La palpitante, dans ses premières années, reste fragile financièrement, mais devrait pouvoir traverser cet orage, et en sortir en ayant payé tous ces fournisseurs et charges, logiquement pour les 2-3 mois à venir, je vous dirais ça à la prochaine lettre d'infos. Mais il est certain qu'elle va voir son chiffre d'affaire fortement diminuer, à priori de moitié pour mars… pour la suite, on verra…


Beaucoup de personnes croisées, notamment samedi et dimanche soir (lors de la soirée électorale qui aura vu la liste progressiste mensoise Partageons Demain être élue) m'ont exprimé leur soutien et leur désir de soutenir en achetant des livres.


Je les remercie ici et en revient à tout ce que je viens de dire ci avant. D'autant que pour l'instant encore, la librairie n'a pas de charge salariale ou autres dividendes à payer, ouf.


Il est pour moi plus important d'être attentifs et attentives à nos camarades restaurateurs et cafetiers etc qui eux (aussi) vont le prendre en plein dans les dents, entre la gestion des denrées périssables et la masse de leurs charges, furent-elles "reportées" par les institutions. Organisons-nous pour les aider, racheter du stock ou manger à emporter s'ils se mettent à le proposer. Enfin, pour celles et ceux qui ont de quoi.


Quoi qu' il en soit, je mettrais évidemment une boîte à livres à disposition dans la semaine à venir. Et nous reparlerons des soutiens financiers plus tard.


Voilà, pour un point sur la situation libraire à Mens…


Pour ce qui est des pénuries de papier cul, pleurons toutes et tous, la disparition des bidets…


Sur cette réflexion, flexion salutative et polie à la japonaise,


À bientôt !


Raphaël

 

 

Retour